Le Passager de Jean-Christophe Grangé

Mathias Freire est psychiatre, Anaïs Chatelet est capitaine de police. 
Ces deux personnages de prime abord très différents vont se révéler pourtant très semblables.
Tous deux ont vécu un passé tourmenté qui les handicape dans leurs relations sentimentales et les enferme dans la solitude.
Se croisant sur la même route, ils vont se découvrir au fil du récit dans une quête qui les emmènera dans les tréfonds de l’enfer…
Tout commence par un meurtre particulièrement sordide inspiré par les monstres de la mythologie grecque et l’arrivée d’un personnage souffrant de « fuite psychique » qu’on appelle aussi la « maladie du voyageur sans bagages »  qui consiste en pertes de mémoire épisodiques révélant une personnalité différente après chaque amnésie…

Vous en dire plus serait vous priver du plaisir de découvrir ce véritable polar et les multiples rebondissements qui alimentent le suspense.

L’une de mes citations préférées est sans nul doute celle-ci :
 « L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée. »


Vous le comprendrez dès le début, ce nouvel opus est surtout d’ordre psychologique. On retrouve néanmoins la « super flic, fin limier, écorchée vive,  qui excelle dans sa profession mais surtout la rebelle qui se joue des procédures officielles pour suivre son instinct ». On renoue également avec l’univers noir qu’affectionne tant l’auteur dans sa perpétuelle recherche de compréhension du mal mais bien plus encore, et pour cause, l’auteur a mené un véritable travail de documentation et a même poussé l’investigation en s’immergeant dans les différents milieux avant d’écrire. Ce qui rend cette descente dans les cercles successifs de l’enfer d’un réalisme tour à tour saisissant, inquiétant voire même dérangeant.
Les lecteurs connaissant l’oeuvre de  J-C. Grangé retrouveront avec plaisir son style toujours aussi brut et incisif.

Malgré le volume du roman (750 pages), le temps semble ne plus s’écouler tant on est pris par la trame de l’histoire, que l’auteur a su intelligemment diviser en plusieurs épisodes en gardant ainsi le fil d’Ariane nécessaire pour nous maintenir en haleine jusqu’au dénouement ô combien dantesque.
Force est de reconnaître que l’intrigue est diablement efficace et que les personnages sont particulièrement attachants.

Après ses 2 romans précédents plus critiqués car moins « millésimés »,  Jean-Christophe Grangé accomplit un retour en force avec ce thriller novateur et haletant qui nous emmène dans les méandres du cerveau humain.

Avec le « Passager », l’auteur prouve à ceux qui en douteraient encore qu’il est le maître absolu des romans à suspense et se classe une fois de plus hors catégorie.
Il ne serait pas étonnant que ce roman intéresse une fois de plus les producteurs de l’industrie cinématographique.

Catherine Renier

Le Passager, Jean-Christophe Grangé, Albin Michel, 2011

Ce roman est disponible dans toutes nos bibliothèques

Si, vous aussi, vous voulez partager vos impressions de lectures, il suffit de nous envoyer un mail à tuclasakoi@gmail.com ou de déposer votre critique au comptoir de prêt de votre bibliothèque.

Bientôt ! Club de lecture pour adultes.

Venez partager vos lectures à la bibliothèque de Tubize un vendredi par mois.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :