Le chagrin de Lionel Duroy

Voilà l’histoire d’une enfance douloureuse, un règlement de comptes, un énorme regret, une grande tristesse.

L’auteur est né en 1950 dans une famille française bon chic bon genre mais sans le sou. La mère a grandi dans un cocon de nouveaux riches plutôt d’extrême droite, le père noble a vécu lui dans une famille désargentée mais où l’on a continué à donner le change. Ils vont tombés amoureux, se marier et avoir beaucoup d’enfants (11) et pas beaucoup d’argent.

Leur vie de famille est tout sauf un long fleuve tranquille, les dettes cachées par le père finissent toujours par les rattraper, la famille passe de Neuilly à la banlieue et ses HLM, la mère s’aigrit de plus en plus et tombe souvent dans l’hystérie, le père continue envers et contre tout à fanfaronner. Les enfants et leurs souffrances au milieu de ce gâchis font le cœur battant de ce roman très émouvant et tellement vrai, servi en plus par une écriture directe et fine à la fois.

On sort touché de ce triste roman de la vie, on n’est pas près de les oublier les acteurs de cette tragédie courante que peut-être la vie de famille quand les parents sont immatures et égocentriques. L’auteur nous parle de sa vie adulte et de la façon dont il transcende ses souvenirs et ses blessures, c’est une consolation pour nous lecteur, il a l’air de bien s’en sortir, c’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Voilà donc un roman touchant, profond et passionnant, que demander de plus.

Grand prix Marie Claire du roman d’émotion 2010.
Prix Marcel Pagnol 2010.

Le chagrin, Lionel Duroy, Julliard, 2010

 

Ce roman est disponible dans les bibliothèques de Saintes et de Clabecq

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :