La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

Il y a un moment que je suis à la recherche d’un roman captivant, en commençant celui-ci j’ai été enthousiasmée directement.

Mattia est un petit garçon comme les autres, mais sa sœur jumelle n’est pas du tout comme les autres, elle est retardée mentalement et physiquement, Mattia a souvent la charge de la surveiller, de lui donner à manger, de s’en occuper. Un jour, il est invité à un anniversaire, il doit y emmener sa sœur, il n’en a pas envie et il l’abandonne dans le parc public, il sait qu’elle ne va pas bouger. Quand il vient la rechercher elle n’est plus là, on ne la retrouvera jamais….

Alice est une petite fille très obéissante jusqu’au jour où elle décide de ne pas suivre le cours de ski, un jour de brouillard, elle s’aventure sur la piste enneigée, elle fait une chute de plusieurs mètres et sombre dans l’inconscience, on la retrouve quelques heures plus tard, elle gardera une jambe raide et une grande peur de la vie. Ces deux êtres vont se rencontrer, s’aimer, se comprendre, ce qui n’est pas simple, s’aider mutuellement à être moins inadaptés et moins malheureux.

Ce roman est plein de sensibilité, de réalisme, d’authenticité des sentiments qu’éprouvent des êtres meurtris. On est étonné de l’âge de l’auteur, en effet tant de maturité dans la compréhension des humains et de leur fonctionnement chez un écrivain si jeune s’est stupéfiant.

Beau roman, belle écriture, vraie tendresse pour les personnages, vraie tristesse à partager leurs vies et à les quitter à la fin du livre.

Bonne lecture.

La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano, Seuil, 2009

 

Ce roman est disponible dans les bibliothèques de Tubize, Clabecq et Saintes

 

P.S.: Le film tiré de ce livre est sorti récemment au cinéma.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :